Papa est parti, comme il l’a voulu

A chaque fois que je porte des douleurs et je me décide à écrire ici, je relis un de mes plus récents articles.

Ce matin, je n’ai pas échappé à la règle. Déterminée à vous parler de mes peines, je suis donc tombée sur cet article intitulé : “Au jeu de la vie, il n’y a que des gagnants”.

A le relire, je me suis donc résolue à vous parler non de la douleur de la perte de mon papa chéri (objet initial de ce texte) mais du bonheur de l’avoir connu. En effet, “Papa est parti comme il l’a voulu”.

Continue reading “Papa est parti, comme il l’a voulu”

Advertisements
deuil

Ce que le deuil m’a appris en 2017

Perte, décès d’un parent, d’un ami : Avoir un deuil dans sa famille. Douleur, affliction éprouvée à la suite du décès de quelqu’un, état de celui qui l’éprouve : Le pays est en deuil, il pleure ses morts. Signes extérieurs liés à la mort d’un proche et consacrés par l’usage : Porter le deuil (Sources: Dictionnaire Larousse)

Ainsi, se décrit cette étape systématique mais toujours oh combien difficile de la vie d’un être humain. Le deuil, cette année, je l’aurais portée plusieurs fois. De ce fait, je vous partage quelques pensées sur le sujet. Continue reading “Ce que le deuil m’a appris en 2017”

Eseka-Cameroun

Eseka: Le drame, Le deuil, le Déclic…

Le drame, le deuil, le déclic!

Mon cerveau voudrait pouvoir vous parler d’autre chose, avancer, penser différemment mais je dois avouer que c’est assez compliqué ces derniers jours.

Le drame, le deuil, le déclic!

Ces derniers jours ont éprouvé ma capacité à faire face à la difficulté sous toutes ses formes. Avant le drame, comme si mon corps l’avait senti, toute la semaine j’étais malade.

Le drame, le deuil, le déclic!

Continue reading “Eseka: Le drame, Le deuil, le Déclic…”

Deuil-Cameroun

Quand tout va à vau l’eau

Quand tout va à vau l’eau et que l’incroyable se pointe au RDV, à certains égards, il doit s’agir de mon pays le Cameroun. Il doit s’agir de mon pays parce que nous avons été pris en otage depuis trop longtemps par une certaine élite pour qui nos vies ne valent rien. 

Ce matin c’était cette route qui se coupe (Dieu merci sans tuer personne), et empêche la circulation entre les deux villes les plus importantes du pays ( Douala, capitale économique et Yaoundé, capitale politique).

En début d’après-midi c’est la conséquence la plus invraisemblable de la première catastrophe, un déraillement sanglant au cœur d’une petite ville au cœur de la forêt, Eseka, chef-lieu de département et célèbre dans notre histoire pour sa place au sein du maquis. 55 camerounais(Source: témoins oculaires actuellement à Eseka) ont perdu la vie tandis que 575 blessés se battent (Source: Déclaration d’Edgar Alain Mebe Ngo’o, ministre des transports en direct d’Eseka, interviewé au Journal de 20h30 de CRTV) pour la conserver. Leur seul crime: avoir pris le train.

Continue reading “Quand tout va à vau l’eau”