Citoyens-end-sars

La politique aux citoyens


Par essence, je suis une optimiste, peut-être même une rêveuse, sûrement une positiviste. Cette vision un peu bisounours du monde, bien qu’éclairée tout de même (lecture oblige), m’invite à m’interroger sur l’évolution du monde politique dans le coin du monde où je vis.


En Octobre 2018 (oui, oui, il y a deux ans comme par hasard), le Cameroun a élu de nouveau, son président plénipotentiaire. Déjà, pour certains le débat commence là. En effet, il n’aurait pas été élu. Il aurait volé la victoire au 2ème grand gagnant de cette élection Maurice KAMTO.


Depuis cette victoire volée donc, nous avons observé dans le pays, une forme de redistribution des cartes politiques, avec une nouvelle opposition dure affichée, en l’occurrence le parti de l’homme du 08 Octobre (comme certains l’ont appelé). Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun s’est donc empressé au travers du combat pour la reconnaissance de la victoire de leur champion, de se positionner comme leader de la lutte pour la libération de mon tendre Cameroun.

Deux ans ont passé, et l’observation du champ politique, des débats télévisés notamment, me pousse soudainement à m’interroger. Sur les réseaux sociaux, comme dans la vie, et sur les plateaux, la parole est devenue cristallisée. Il faut absolument choisir un camp ou se taire. En somme, on est soit sardinard (membre du RDPC ou présumé affilié), soit tontinard (supporter du MRC ou affilié). Les échanges se font parfois houleux entre les deux camps.


Ces échanges sous une certaine forme, sont passés dans la rue, au travers des différentes marches organisées par le MRC pour la libération du Cameroun et la reconnaissance de la victoire de leur leader. Elles ont valu à certains (dont le leader) l’incarcération pour quelques mois. Cette politique dure est restée le maître mot après le boycott des élections législatives et municipales, et l’appel à la marche du 22 Septembre. En face, les autorités piquées au vif, ont répondu avec des dispositifs lourds, et ont montré qu’ils étaient prêts à faire usage de la violence.

Continue reading “La politique aux citoyens”
Capitalisme

De la dictature du capitalisme

Le capitalisme est entendu “dans la terminologie marxiste comme un régime politique, économique et social dont la loi fondamentale est la recherche systématique de la plus-value grâce à l’exploitation des travailleurs, par les détenteurs des moyens de production, en vue de la transformation d’une fraction importante de cette plus-value en capital additionnel, source de nouvelle plus-value”.  (Sources: Larousse).

En somme, le capitalisme incite à toujours rechercher plus de profits. Dans un monde où ce système s’entend comme le système économique par excellence, que pouvons-nous espérer Continue reading “De la dictature du capitalisme”

Acculturation

Acculturation, un si grand mot

De plus en plus, le retour à la culture propre serait une priorité pour nous africains. Il faudrait abandonner les langues du colon. Il faudrait retrouver nos coutumes ancestrales.

Il faudrait se libérer a priori de cette acculturation savamment programmée par l’ Occident assassin afin de nous contrôler. Il faudrait reprendre le contrôle de notre Afrique. Mon amie Befoune dans un article récent, nous fait part de son avis sur le sujet et je m’en vais ici lui faire écho. Continue reading “Acculturation, un si grand mot”

elections-gabon

Gabon, mon amour de voisin

Lettre imaginaire à ce voisin si proche et pourtant si lointain.

Gabon, mon amour de voisin.

Voilà des semaines qu’une certaine campagne électorale battait son plein dans ton pays.

Voilà des semaines que tu étais devenu subitement le centre d’intérêt du monde et d’une certaine frange de la population africaine en particulier.

Cher voisin, voilà des jours que mes concitoyens, tes chers voisins avaient décidé que subitement ton sort les inquiétait. Voilà des jours qu’ils pretendent t’aimer plus que tes propres enfants et ne pouvaient s’empêcher de faire entendre leurs voix assassines sur les réseaux sociaux.

Pour cette raison mon cher voisin, parce que je n’aime pas les polémiques soi-disant africanistes, parce que je pense que le destin d’un peuple appartient avant tout à celui-ci, je m’étais promis de me taire. J’avais prévu de rester silencieuse jusqu’à la publication des résultats de tes chères élections.

Et jusque-là,  j’avais même prévu de rester silencieuse en dépit de ces résultats. En effet, je ne voulais pas prendre part à cette frénésie d’amour, de passion, d’inquiétude désormais manifestée pour un voisin auquel on ne s’intéresse pas beaucoup en temps normal.

Mais la vie n’est pas ainsi, pauvre Gabon. Dans la vie, on ne choisit pas toujours ses actes.

Mais la vie n’est pas ainsi, pauvre Gabon. Dans la vie, on ne choisit pas toujours ses actes. Dans la vie, parfois les circonstances font les choix à notre place. Ainsi, les évènements qui ont suivi la proclamation des résultats de l’élection présidentielle, ces évènements ont fait le choix à ma place. J’ai ainsi décidé de t’écrire.

Continue reading “Gabon, mon amour de voisin”

Dictature

La Dictature, c’est un art

La Semaine dernière, plus précisément Jeudi 23 Juin 2016,  j’ai fait la connaissance d’un monde à part. Au travers du célèbre Envoyé Spécial (dont c’était d’ailleurs la dernière), j’ai découvert un pays dont j’ai parfois vaguement entendu le nom. Ca fait toujours bizarre de découvrir qu’il y a des endroits au monde dont vous ne savez rien ou pas grand chose. Ca fait d’autant plus bizarre lorsque vous êtes africaine et que cet endroit se situe en Afrique. Cet endroit, ce pays c’est l’Erythrée.

J’ai découvert  la semaine dernière, que la dictature était véritablement un art. En somme, et au vu du cas de l’Erythrée, je le résume à l’art de prendre en otage toute une population, de sceller son futur, pour satisfaire uniquement et avant tout des visées personnelles, sans se soucier une seule seconde des dégâts provoqués pour les générations à venir.

Continue reading “La Dictature, c’est un art”