Oloture

Òlòturé ou l’enfer de la prostitution

Ça faisait longtemps que je n’avais pas senti le besoin après avoir regardé un film, d’écrire tout un article à ce sujet. “Oloture” que je viens de terminer, a créé cet effet.

Continue reading “Òlòturé ou l’enfer de la prostitution”

Pour toi, que signifie violence éducative?

Je sais d’ores et déjà que l’article du jour ne me vaudra pas des amis. Dire non à la violence éducative, est plus fort, que ce que la masse pense. Alors j’écris!

Depuis quelques semaines, ces réflexions tournent en boucle quelque part à l’arrière de mon cerveau. J’ai beau les mettre de côté, elles reviennent prendre une place que personne ne leur a donné. De ce fait, et comme souvent, j’ai préféré écrire.

Continue reading “Pour toi, que signifie violence éducative?”

Des rêves qui emplissent ma tête

Les yeux ouverts, je rêve grand. Je rêve d’un monde où tout irait sans faille. Que ce serait beau de se réveiller pour découvrir qu’en une nuit la paix a inondé la terre.

Des rêves, j’en ai par milliers. Suis-je une rêveuse ou une personne qui accomplit ?

Continue reading “Des rêves qui emplissent ma tête”

Battling with a blogging challenge

This week, WordPress celebrated my birthday: 5 years of blogging. 5 years!

When I launched my first blog, LaBiblioAfro, I did not expect it to last for that long, neither when I launched La Case d’Anna one year after. Still, I am Here.

What am I doing here exactly? I do wonder sometimes. I wonder even more since I have launched that #postadaychallenge, and I keep on launching it back.

Continue reading “Battling with a blogging challenge”

Doute

Comme une envie d’abandonner

Se réveiller mentalement, se secouer et dire non aux pensées négatives.

La Case d’Anna depuis sa création a été mon refuge, ma barrière contre les idées négatives, un espace pour se forcer à voir le verre plein.

Cela n’empêche que plusieurs fois depuis 2014, mon cerveau a refusé de voir le verre plein, et comme chaque fois, ça se manifeste par du silence ici.

Continue reading “Comme une envie d’abandonner”