La pression: je la combats ou je m’éteins!


Comment faire quand vous avez l’impression que votre cerveau tourne super vite? Comment optimiser dessus? Ne pas stresser? Voilà une question que je me pose depuis quelques jours.

En 2018, j’ai souhaité que mon entreprise croisse. Je me suis décidée à m’ouvrir encore plus, sentir, saisir les opportunités. Ça a marché. Pour quel résultat ?

En effet, l’ouverture porte ses fruits. Je reçois plus de travail de clients historiques. De même, j’ai de plus en plus d’opportunités et de marchés qui vont dans le sens de la stratégie que j’ai bâti pour mon entreprise. Cependant, je vous l’avais dit ici, je suis solo-preneur. De plus, une opportunité est toujours au départ une opportunité. Cela signifie dans mon domaine d’activités, budgets de petite taille et essais. Rien de sûr, donc peu d’intérêt à recruter.

Conséquence : une montée passagère du stress. On est super content d’avoir plus de travail, plus d’opportunités de se dépasser. Toutefois, on observe la charge de travail qui grandit chaque jour un peu plus, la sensation d’en faire peut-être un peu trop. L’autre conséquence aussi: le cerveau fonctionne à temps plein pour optimiser, apporter des solutions, délivrer, donner le meilleur de soi.

De plus en plus, je ne peux m’empêcher d’avoir peur de l’asphyxie. J’aime beaucoup ce que je fais, donc le problème ne se pose pas là. J’ai juste parfois cette sensation qu’il y en a tellement que je vais flancher. Alors, comment je fais pour garder la tête hors de l’eau?

1. Je reste focalisée sur mes rêves

Oui, même si je le niais hier dans une conversation, je suis une grande rêveuse. Je ne rêve pas pour faire joli cependant. J’ai une vision claire et précise pour mon entreprise et je veux lui donner du corps. Alors, je me rappelle que sur chaque projet, c’est au fond de ça qui s’agit.

2. J’identifie des supports

Je suis en train de créer mon support système ou plutôt de le renforcer. Cette année, je travaille à avoir un coach par exemple et à faire une formation sur le développement de soi.

De même dans le travail, j’identifie des personnes avec qui je peux mieux travailler. C’est essentiel.

3. Je travaille tout simplement

J’ai compris que le meilleur moyen d’avancer et de déstresser c’est de faire les choses. Réduire le nombre de tâches sur ma liste, c’est avancer tout simplement et me libérer de mes pesanteurs.

C’était un petit tour dans ma bulle d’entrepreneur. Si vous avez aimé cet article, si vous voulez en parler et même si vous avez détesté, retrouvons-nous ici, sur Facebook ou Twitter.

Love, Anna ❤

Ps: est-ce que j’ai tenu mon blogging challenge d’une traite, pas forcément. Je reprends et je mesurerai au final ma plus longue série. Objectif, faire mieux que 10 jours. New Day 1
Advertisements

What do you think? Let us know...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s