Souvenirs

Une lettre à Anna à 5 ans


Bonjour Anna,

J’ai entendu dire que tu es rentrée au CP, dans une école où on fait toutes les matières en français et toutes les matières en anglais. Si tu savais que les gens comme toi dans notre cher Cameroun, ne savent plus où se placer aujourd’hui. Sommes-nous anglophones ou francophones?Va savoir.

Toujours est-il, je sais que tu profites, mais je te le dirai profites-en encore plus.

Tu me diras très certainement que lorsqu’on a des parents qui se chamaillent tout le temps, on ne profite pas beaucoup. Je te répondrai que tu ne le vois peut-être pas assez mais ton frère et toi étiez la prunelle de leurs yeux. Il n’y avait rien de plus important à leurs yeux que leurs enfants. Seulement le savaient-ils? Tu n’aurais peut-être pas dû apprendre à trouver normal, ce manque d’affection. On ne s’en remet pas toujours. Tu me répondrais certainement que j’ai l’air pas mal aujourd’hui.

Oui, j’ai l’air pas mal ma petite Anna. Cependant, cela m’a demandé de grands sacrifices.

Pendant très longtemps, vois-tu, j’ai vécu avec une colère dont je ne comprenais pas l’origine. Depuis que la petite princesse est née, elle est comme un miroir. Je regarde au fond de ses yeux pour savoir comment tu étais.

Sais-tu pourquoi j’ai décidé de t’écrire à toi particulièrement? Parce que c’est là que tout a commencé. Je ne me rappelle de rien avant 5 ans ma chère Anna. Je ne me rappelle pas de l’école maternelle de la Caisse, où j’ai pourtant passé 3 ans. Pourquoi, comment? Je ne saurai jamais te le dire. Je ne le sais toujours pas.

Oui, Anna toi qui rêvais si vite de grandir, tu aurais dû prendre ton temps. Ca aurait été top de juste profiter. Cependant, la femme forte que tu deviens chaque jour m’émerveille. On dirait que rien ne t’abat. Tu marches avec le bâton du Seigneur qui te guide aujourd’hui dans chacun de tes actes. De lui tu tires tellement de force.

J’aurais ainsi voulu te dire de ne jamais t’éloigner de ce créateur, et de toujours faire recours à la voie de ta conscience. Je voudrais te prévenir des souffrances à venir. Cependant, tu ne m’écouterais certainement pas.

En effet, comment apprendre sans essayer. Comment se relever sans tomber?

Aujourd’hui un ami commun m’a dit que j’étais devenue sage. Tu entends, tu rêvais tellement de l’être. Combien de temps t’aura t-il fallu? Cela n’y prend pas garde car moi je suis extrêmement fière de toi.

Sur le chemin de la vie, je t’aurais averti que les épreuves sont grande, inattendues et toutes surmontables. Je t’aurai aussi incité à garder ta joie et ta retenue en toute situation, afin de ne jamais dépendre des autres pour ton bonheur. Je t’aurai rappelé que tes rêves étaient bien beaux, et ils fallaient s’y accrocher Ma chère petite Anna, tu aurais pu faire différemment. Cependant, je te regardes, et je sais que tu es exactement où tu devais être. Mieux encore, ton parcours t’a amenée exactement où il devait te conduire.

Ma petite Anna, la vie elle avance, elle recule, elle se renouvelle. Cependant, retiens-toujours qu’elle est à toi et qu’il ne tient qu’à toi d’en tirer le meilleur. Je te quitte avec le sourire, consciente qu’au final, rien ne sert de revenir vers toi. Tu es moi, je suis toi et aujourd’hui il s’agit de regarder vers l’avant.

Et vous que diriez-vous en parlant à votre “vous” dans le passé? Vos avis en commentaire ici, sur Facebook, ou sur Twitter.

Love, Anna♥

Advertisements

4 thoughts on “Une lettre à Anna à 5 ans

What do you think? Let us know...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s