cadeau-d-entreprise

Le cadeau d’affaire: dire oui ou non?


“Lorsqu’on te rend service, tu dois dire merci avec un petit quelque chose, un cadeau”.

Le petit quelque chose, le cadeau. Voici une maxime que j’ai très souvent entendue autour de moi et dans mon éducation. Je me suis toujours demandée quelle est la limite entre reconnaissance et corruption?

Dans l’environnement Camerounais en effet, il est devenu très usuel de faire des cadeaux de service. C’est très courant dans la pratique des affaires. De même, c’est aussi très utilisée dans les relations avec les administrations. De ce fait, je me suis souvent demandée si cela était totalement juste.

A l’observation, il apparaît que le petit quelque chose n’est pas une pratique typiquement camerounaise. C’est une pratique du monde des affaires tout simplement. Il s’agit d’entretenir une relation d’affaires en reconnaissant la part de l’autre dans notre réussite.

Dans la multinationale où j’ai travaillé pendant quelques années, la pratique était codifiée de façon précise. Ceci était fait pour ne laisser aucun espace à la corruption. De cette procédure, j’ai gardé quelques principes. Ils animeront notre réflexion.

1. L’absence de Cash

Aucun cadeau ne devrait être reçu ou donné en cash. Toute “enveloppe” reçue ou donnée quelque soit son montant, constituait immédiatement un délit de corruption.  En effet, qui dit “cash” dit rétribution. On ne peut donc pas dire merci en donnant de l’argent.

2. Un montant raisonnable

Une fois admis qu’on ne donne pas d’argent, il faut reconnaître que tout cadeau a une valeur monétaire. De ce fait, cette valeur doit pouvoir être évaluée pour chacun des cadeaux reçus ou donnés. C’est la notion de montant raisonnable. De fait, le montant admis ne dépassait pas 250 000 F CFA. En pratique, on ne pouvait pas recevoir ou donner des cadeaux de/à la même personne pour une valeur cumulée de 250 000 F CFA. Une fois la limite de 250 000 F CFA atteinte, il n’était plus question de donner ou recevoir à l’entité concernée.

Ce montant était défini pour une année fiscale. 250 000 F CFA cumulés constituait la valeur raisonnable. Ainsi, recevoir ou donner plus, supposait un risque d’influence. En effet, si tel fournisseur me donne chaque mois une caisse de champagne, je lui donnerais plus de marchés.

3. Une intention juste

Les cadeaux reçus lors de fêtes statutaires peuvent avoir un caractère raisonnable. On citera par exemple la fin d’année ou la fête des mères. De fait, recevoir un cadeau après signature d’un accord d’affaire peut envoyer le mauvais message.

4. Des cadeaux raisonnables

Entre un agenda avec logo  et un stylo en or pour un agent de maîtrise, il y’a un monde. Par contre, offrir le stylo en or au directeur général est moins suspect.

Le caractère raisonnable du cadeau devra se mesurer en fonction de la position de celui qui le reçoit . Par conséquent, la problématique est toujours: le jugement peut-il être influencé par le cadeau?

5. Pas de cadeau à l’administration sans autorisation

Aucun employé ne pouvait donner un cadeau (quelqu’il soit) à un agent de l’administration. Cela allait même dans la sphère privée. Ainsi, si vous avez un commissaire dans votre famille, il fallait le déclarer. En effet, vous pourriez lui faire un cadeau (allocation de boissons) qui serait perçu comme de l’influence.

Cette règle particulière que chaque fois que nous avons affaire à l’état, il faut se méfier. Pourtant, dans notre quotidien, le vin, les bons de carburant sont utilisés en permanence. Pour tel ou tel agent de l’état avec qui on traite, on a toujours des cadeaux spéciaux. Comment juger donc?

Ces règles peuvent être une bonne indication pour régir les cadeaux d’entreprise. Selon moi, en tant qu’individu, entrepreneur ou employé, il est nécessaire de les avoir. En effet, corrompre est beaucoup plus facile qu’on ne le croit. Des règles personnelles aident à faire la distinction entre trafic d’influence et reconnaissance.

Mais ceci n’est que mon avis. Qu’en pensez-vous? La caisse de vin à votre chargé de clientèle à la banque? Le billet de 500 au vigile d’Express Union qui vous fait toujours passer plus vite? Les bons de carburant à votre gestionnaire aux impôts chaque fin d’année?

Tous ces petits cadeaux peuvent-ils être perçus comme des actes de corruption?  Si oui, dans quelles conditions? Le débat est ouvert. J’attends vos retours et commentaires ici, sur Facebook ou Twitter.

Love, Anna♥

Advertisements

2 thoughts on “Le cadeau d’affaire: dire oui ou non?

  1. Bonjour,
    Je suis parfaitement en accord avec cette réflexion sur le plafonnement des cadeaux fait/reçus en entreprise. En effet, après avoir observé et vécu personnellement certaines situations j’en suis arrivé à la conclusion que le faussé entre reconnaissance et corruption ne tenait qu’à un fil; je m’explique, dès lors que vous témoigné votre reconnaissance pour un service excellemment rendu par un présent (quel qu’il soit), et qu’à votre prochain passage dans le service vous êtes surclassé dans l’ordre de priorité, comment comprendre l’attitude de l’agent de service à votre égard? (Précisons qu’à la fin du service rendu, celui-ci laisse échapper une phrase du genre “il n’y a rien aujourd’hui?”) Quelle attitude avoir dès lors, sachant que vous étiez de bonne foi au premier geste de reconnaissance?
    Après je pense que ce post soulève un problème de culture sociale, perçu différemment selon qu’on se trouve dans un environnement ou dans un autre. La perception qu’on aura d’un présent fait au Japon ne sera certainement pas la même au Cameroun. Je pense que certaines entreprises, de taille internationale, devraient calibrer certains aspect de leurs principes à la culture du pays d’accueil de leurs activités. Vous avez des pays fortement orientés sur la famille et le social; par conséquent, vouloir d’un employé qu’il précise les élites administratives faisant partie de son cercle familial ou privé peut être perçu comme un abus pour certains, et pour d’autres ça pourrait être perçu plus tard comme un critère de favoritisme dans l’appréciation de l’évolution des carrières au sein de l’entreprise.
    On peut codifier les présents en entreprise, mais je pense qu’il sera très difficile d’en mesurer la perception faite et les effets induits.

    Liked by 1 person

    1. Merci pour ton commentaire. Juste pour que tu le saches, dans l’entreprise en question, c’était obligatoire et appliqué à la lettre et tout le monde s’y conformait malgré nos usages. Les risques derrière (notamment renvoi pour faute lourde possible en cas d’incident) étaient trop important. La gène que toi-même a vécu, motive aussi cette rigueur, tu l’as dit, le fil est généralement très fin.

      Like

What do you think? Let us know...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s