Orientation-Scolaire-Rêve

4 Astuces pour une orientation scolaire réussie


Il y a quelques semaines, j’étais invitée par une lectrice fidèle à vous parler d’orientation scolaire, ou tout simplement professionnelle. J’ai apprécié l’opportunité, et je suis donc heureuse de pouvoir vous présenter un sujet qui me tient vraiment à cœur. 

En effet, au Cameroun et dans de nombreux autres pays sûrement, l’école ce n’est pas la vie. On se contente de donner aux jeunes de nombreuses connaissances. A quoi serviront-elles, comment les maximiser, très peu est fait ou dit pour le comprendre.
Trop nombreux sont les élèves en classe de Terminale qui n’ont aucune idée de leur futur. Plus souvent, c’est en terminale qu’ils réalisent avoir fait un mauvais choix d’orientation. Comment préparer un projet scolaire et un projet de vie? Ci-dessous quelques astuces prises dans mes lectures et mon vécu personnel.

1. Éduquer les enfants à aller à l’école pour eux

Dès l’école primaire, j’ai encore le souvenir de ses mots de ma maman:

“Tu ne vas pas à l’école pour moi. Si tu veux n’apprends pas, mais tu ne réussiras rien dans ta vie“.

La forme était un peu dure, et je n’invite pas à la reprendre exactement. Cependant, le fond y était complètement. J’ai donc intégré très tôt que je n’allais pas à l’école pour faire plaisir à maman ou papa. J’allais apprendre, découvrir de nouvelles choses et j’en étais fière. Je songeais déjà petite à mon avenir, et je travaillais bien pour avoir toutes mes chances.

Au collège, j’ai aussi le souvenir de cette injonction,

” Si tu vois que ça te dépasse, il faut dire. Tu n’es pas obligée d’avoir le baccalauréat”.

Mes notes ne nécessitaient pas cette inquiétude mais j’ai apprécié. En effet, il faut pouvoir accepter que l’enseignement général n’est pas pour tout le monde. Éduquer les enfants à aller à l’école pour eux, c’est aussi ça.

De même, en tant qu’enfant, il faut avoir le courage d’admettre que ça ne va pas. Pourquoi avoir “02” en Mathématiques tous les jours, alors qu’on pourrait faire “mécanique” et être heureux? Les professions techniques au Cameroun (et ailleurs) sont pour la plupart des “professions libérales”. En effet, en devenant mécanicien, coiffeuse, esthéticienne, couturière, etc… on a des chances de se retrouver à son compte plus vite que d’autres. De même, dans ces professions, il y’a assez d’espace pour exceller, et avoir un beau parcours de vie.

L’école c’est un  vaste espace, et très tôt, les enfants doivent comprendre qu’ils ont le choix. Leur seule obligation devrait être de réussir dans la voie qu’ils choisissent pour eux-mêmes.

2. Rechercher très tôt une passion et s’informer

La conséquence du premier point est de fait, évidente. Si je vais à l’école pour moi, je dois rechercher ce que j’aime. Ainsi, avec l’accompagnement des parents, il s’agit d’identifier très tôt les sources d’inspiration. Quels sont les talents de votre enfant? Dès le collège, ces questions peuvent se poser.

Cependant, ce n’est pas le travail uniquement des parents. Les enfants aussi doivent faire leur part. Dans la plupart des lycées publics au Cameroun par exemple, il y a des conseillers d’orientation. Ils sont là pour aider les jeunes à avoir les bonnes informations. Ainsi, pour telle ou telle filière, quelles sont les formations existantes? Quels sont les débouchés? Quelles sont les compétences à développer?

Toutes ces informations, lorsqu’on les a tôt (dès la 4ème par exemple) ont un effet positif. En tant qu’enfant, on oriente mieux ses lectures, ses centres d’intérêt.

De même, la 4ème (de mon avis) est la première classe difficile du collège.

Commencer à bâtir un projet d’orientation, donne du courage. Personnellement, chaque classe passée était une classe qui me rapprochait de mon objectif.

En s’informant, il faut aussi commencer à écrire. Tous les livres de développement personnel vous le diront: écrire ses objectifs leur donne plus de force. Je me rappelle avoir écrit dès la 4ème dans mon “journal intime”, ce que je voulais être plus tard. Au primaire, je pensais à être avocate, puis journaliste. Je me suis renseignée et quelques difficultés m’ont détournées de ces voies. J’ai ensuite décidé de m’intéresser à la communication et dès la 4ème, mon projet d’orientation était assez clair.

N’hésitez donc pas à écrire vos rêves, même sur un petit bout de papier, même en trois phrases. Ce bout de papier, gardez-le précieusement. Relisez-le tous les jours. Il vous servira de guide, en particulier face aux difficultés de la vie. Il sera la boussole qui vous rappellera le chemin qui est le vôtre.

3. Rêver sa vie:où voudrais-je être dans vingt ans?

Lorsqu’on est informé ou plus ou moins décidé sur la profession, ou sur des aires de compétence, une autre étape. Les aires de compétence sont nombreuses et pas forcément précises (des métiers). Cela peut être simplement des phrases. On peut vouloir par exemple être aux services des autres. Certains envisageront de travailler pour l’état. D’autres voudront être simplement riches.

Au-delà de cela, il faudra commencer à rêver sa vie. Où serais-je dans vingt ans? Quelle est la personne que je veux être? Est-ce que je pense au mariage? A Quarante ans, qu’aurais-je accompli?

Ça a l’air dur comme ça mais dès l’adolescence, on y pense. Le vrai problème est que personne n’encourage les jeunes à le dire à haute voix. De même, avec les soubresauts de l’adolescence, c’est important de savoir qui on souhaite être. Ça permet de faire face aux moqueries, à l’isolement par exemple. Des jeunes sans ambition ou projet d’insertion, sont plus susceptibles de dévier.

Ex: Si, j’ai quatorze ans, et j’ai des amis qui feintent les cours pour jouer aux jeux vidéos, que faire? Si je pense déjà à mon futur, j’ai moins tendance à perdre du temps. Or, feinter les cours c’est risquer des sanctions, voire même un renvoi. Alors, pourquoi perdre une année?

Une fois de plus, les parents (ou l’environnement familial) doivent aider. Poser ces questions au jeune, permet de le responsabiliser très tôt. Je me rappelle qu’en seconde, ma mère me rappelait déjà qu’elle devait se préparer financièrement pour mes études supérieures. De ce fait, dès ma classe de première, j’avais des orientations claires à partager avec elle. J’étais consciente que si elle ne pouvait pas se préparer, personne ne paierait. Alors, si je voulais voir mon rêve se réaliser, il fallait lui donner les outils.

 4. Comprendre que le baccalauréat n’est qu’une étape

Se battre en tant que jeune pour savoir où on veut aller, c’est critique. Le baccalauréat n’est en effet qu’un tout petit instant dans toute une vie. Etre clair sur son projet scolaire, et son projet de vie permet d’entamer le reste de la vie sereinement.

Personnellement, après mon baccalauréat, j’ai traversé plusieurs étapes difficiles dans ma vie. J’ai failli me perdre plusieurs fois sur le chemin. Cependant, j’avais un rêve, une vision pour mon futur. Comme je le dis souvent, “je me rappelais que Dieu m’avait mis sur terre pour une raison”. Cette raison, je ne la connaissais pas parfaitement, mais j’avais mon idée avec mon projet scolaire et de vie.

Ce projet m’a accompagné de mes 14 ans jusqu’à présent. Toutes mes ambitions n’ont pas été atteintes. J’en ai revu certaines au fil du temps. Une chose est cependant sûre, ce document était mon carnet de bord. Il l’est toujours d’ailleurs.

Alors, chers parents, mais surtout chers petits-frères et petites sœurs, l’avenir est radieux. Etre un enfant ambitieux, ça aide à bâtir une vie réussie. Un projet d’orientation scolaire, puis un projet de vie, sont des outils essentiels.

J’espère avoir répondu efficacement au sujet proposé. Si vous avez aimé, partagez, commentez. Plus important, votre avis m’intéresse. Que pensez-vous de l’orientation scolaire? Quand commencer? Et le projet de vie? Rejoignez-moi sur Facebook, Twitter ou ici pour en parler.

Love, Anna♦

Advertisements

4 thoughts on “4 Astuces pour une orientation scolaire réussie

  1. Merci pour cet article et aussi pour cette approche. Je trouve en tant que Pédadogue l’education des enfants et surtout leur orientation un domaine qui nécessite assez d’attention surtout de nos jours où l’education actuelle fait face à plusieurs génerations bien diffèrentes. J’aimerai lever l’équivoque sur le mot “RÉUSSIE”. Quand parle t-on d’éducation scolaire réussie? Une Education scolaire est-elle un processus qui s’achève? Je ne retrouve pas le bouton “REBLOG” car je dois le faire.
    Salut depuis Berlin.
    P.C. Engama à Bediang

    Liked by 2 people

    1. Hello et comme toujours merci pour le passage. La réussite est individuelle. En ce sens, pour moi une orientation scolaire réussie, est une orientation scolaire qui satisfait le jeune et lui permet d’atteindre ses objectifs. Qu’on ne se retrouve pas dans des prismes tels que ‘ce n’est pas ce que je voulais faire, etc..”.

      Like

What do you think? Let us know...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s