Parler-De-Soi

Se révéler, et le bien que ça peut faire..


Ma muse Befoune a écrit qu’il fallait bien définir lorsqu’on décide d’écrire sur soi ou de parler de soi, la limite à ne pas franchir.

J’ai eu moi-même l’occasion de vérifier cette assertion, il y a très peu de temps. Dans l’un des rares groupes Whatsapp dont je fais partie, le président a eu une idée superbe. Lancer un “Lady Guest” et “Gentleman Guest”, une soirée durant laquelle, un membre du groupe (femme ou homme) est nominé pour répondre aux questions qui lui seront posées sur lui par le reste des membres. L’initiative a été lancée depuis deux à trois semaines, et Vendredi dernier c’était mon tour. 

Je dois dire qu’en lisant les interviews des précédents camarades, j’étais un peu/beaucoup stressée de passer. J’imaginais tout un tas de question super privées qui pourraient m’être posées et mon incapacité probable à y répondre de façon totalement authentique. Au final, l’interview a été somme toute, un peu light (ou plutôt sans trop de questions difficiles, en tout cas beaucoup moins que ce à quoi je m’attendais) mais très révélateur.

En effet, comme je le disais en titre, se révéler ça fait du bien! Sans appeler ici à une forme de narcissisme, nous sommes parfois conscients de ce que nous valons, de ce qui nous tient à coeur, de nos valeurs, de notre façon de voir la vie, mais nous sommes généralement très peu conscients de l’influence positive que nous pouvons avoir sur les autres. Le terme de l’interview a été le vrai déclic pour moi, et d’ailleurs même certaines des questions.

Certaines des questions étaient posées sur un ton d’admiration ou au minimum d’intérêt positif, notamment une sur mon expérience en tant que blogueuse ou comme celle où j’étais invitée à songer à devenir enseignante (des talents cachés?). De même, j’ai reçu en fin d’interview, des retours très positifs, qui remettaient au centre des qualités qui somme toute semblaient avoir été fortement appréciées.

Et je me suis rendue compte, que très souvent  (en tout cas en ce qui me concerne), on fait les choses avant tout pour soi. On pose des actes dans la vie qui en disent long sur notre moi-profond, nos valeurs, nos ambitions et on ne pense pas toujours qu’à côté, on a pu encourager quelqu’un d’autre, servir d’exemple, ou tout simplement faire sourire. Cet interview libre m’a ainsi permis de me rappeler de cette citation qui habite ma vie depuis fort longtemps désormais “Dans les rêves commencent la responsabilité”, et cette responsabilité, je l’ai totalement ressentie.

L’écrivain Ben Okri dans son livre “Un amour dangereux” (une revue à lire sur La Biblio Qui Ne Brûle Pas, mon autre bébé), par la voix de son héros, nous invite à prendre conscience de la responsabilité qu’engendre en nous nos rêves. Cette responsabilité d’agir, et de passer du rêve à la réalité pour jouer habilement le rôle qui nous est assigné sur cette terre. Ainsi, partager mes ambitions, mes rêves, parler de moi et de ce qui me fait avancer, c’était une occasion de commencer à assumer la responsabilité de mes rêves.

Je finirais en disant que j’étais libre de mentir, libre en maintes reprises de détourner la vérité, mais cette expérience a eu cela d’intéressant qu’elle m’a permis d’exprimer sans détour une part de moi. A ces anciens collègues pour la plupart, qui ont surtout vu de moi, la travailleuse acharnée, j’ai pu faire découvrir une face plus attachante. Il en est de même, pour tous les autres membres du groupe qui ont pu passer. Cela leur confère auprès de nous plus de réalité, invite à un plus grand attachement, et transforme un groupe épars, somme d’individualités, en une entité de plus en plus soudée.

Alors oui, pour autant qu’on définisse bien pour soi-même ce qu’on veut ou pas montrer, parler de soi est parfois un exercice plein d’intérêt.

Sur ce, bon début de semaine, douce nuit et que la force (du Jedi, oui, oui…) soit avec vous.

Love, Anna♦

PS: Hâte de lire vos commentaires.

Advertisements

5 thoughts on “Se révéler, et le bien que ça peut faire..

  1. Très intéressant comme expérience mais je doute d’avoir autant de force que toi. Je n’ose presque jamais j’aime être totalement sûre avant de me lancer. A ta place je serais partie du groupe…ce qui aurait été dommage.

    Liked by 1 person

    1. Je peux te comprendre. C’est un groupe dont je connais tous les membres dans la vraie vie depuis quelques années maintenant et ce sont des gens que j’apprécie donc ça rendait les choses plus faciles, d’autant que d’autres étaient passés avant moi, faut juste bien mesurer les risques parfois.

      Like

What do you think? Let us know...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s