Histoire

Elle A Lu- Le Manuel D’Histoire Critique


Histoire quand tu nous tiens, histoire quand tu nous donnes envie de te découvrir, histoire quand tu façonnes le monde. Je termine actuellement la lecture du “Manuel d’histoire critique” (du Monde Diplomatique) et bien plus qu’une simple note de lecture, il me prend l’envie de vous raconter une histoire.

Il s’agit d’une histoire d’histoire, et comme autour d’un feu, un soir au village, je m’entends ici dire “Histoire…” et vous chers lecteurs répondant d’une seule voix “Raconte…”.

Il était une fois la planète Terre à l’aube d’une nouvelle année, 2015. L’être humain est sur le point de s’engager dans une nouvelle année, mais surtout une nouvelle ère. Mais si, mais si… Suis-je donc seule à entendre les bruits de canons, les pas lourds des soldats sur l’asphalte? Suis-je donc seule à ressentir la violence de plus en plus banale des attaques et insultes racistes de tout bord (antisémites ou anti-Noirs, l’Amérique d’Obama et la France d’Hollande)? Suis-je donc la seule à constater que l’étranger n’aurait plus sa place nulle part : immigration synonyme de délinquance (selon Eric Zemmour) ou pas (selon un document d’INFRAROUGE à regarder absolument ICI)?  Suis-je donc solitaire dans mon raisonnement? Ne constatez-vous pas partout et de plus en plus en souvent une “remontée” des séparatismes, de même que ces éternels affrontements entre religions, soi-disant races et bien sûr cette crise économique qui n’en finit pas de par et d’autre du monde. Cette ère je vous l’assure n’a en essence rien de drôle. Elle a tout d’un nouveau monstre encore plus effrayant et mortel que les précédents. Mais pourquoi une histoire d’histoire? Pourquoi ce lien avec le passé que je souhaite suggérer?

En lisant ce magnifique document publié par Le Monde diplomatique dans sa collection “Hors-Série”, j’ai eu le sentiment que la race humaine était constamment à la merci de bien des manipulations. Le Manuel d’histoire critique porte bien son nom, car il ose porter un regard froid et objectif sur toutes ces vérités toutes faites qui ont traversé les années de la révolution industrielle à nos jours et ont pour certaines construit la pensée du monde tel que nous le vivons aujourd’hui. De ces mythes tels que celui d’une colonisation qui aurait  été positive ou celui si prégnant d’un libéralisme de marché comme seule voie de réussite économique pour tous, nous nous rappelons que l’histoire et de ce fait le destin des êtres humains est avant tout façonné par les puissants (ou au moins-ce par un groupe limité et influent de personnes en possession de moyens matériels importants). Il en est donc façonné non par la masse mais bien par des groupes réduits de personnes aux intérêts particuliers et parfois à l’opposé des besoins de la grande masse. Sous l’égide de ces pensées minimalistes, les grands principes sont tordus et transformés. L’oeuvre “civilisatrice” de colonisation était avant tout une recherche de débouchés économiques, la naissance d’Israël, le malencontreux résultat d’une promesse indue d’un peuple à un autre. De même, les entreprises ne seraient pas les seules créatrices d’emplois, car avant tout tributaires d’une hausse de la consommation. Les puissances occidentales prônant aujourd’hui la démocratie comme un étendard n’ont jamais hésité à mettre à bas cette démocratie (Allende vs. Pinochet au Chili, ça vous dit quelque chose?) tout au long de la guerre froide, du moment que le gouvernement élu dans les petites républiques “tiers-mondistes” n’était pas prêt à se prosterner et à vendre son pays. Oui, le monde n’est pas toujours gouverné par des principes éthiques, par des visions de développement. Oui, le monde est une grande foire où le plus offrant a la plus grande tribune de parole (l’ONU, ça vous dit quelque chose?)

Je ne suis pas une adepte de la théorie du complot (Illuminati et compagnie, soyons factuels !) mais je dois admettre que l’histoire passée et actuelle semble démontrer qu’il faut se méfier des gens de pouvoir. A l’aube de 2015, vivant dans une zone du monde qui par essence a été dépecée, violée, honnie et continue d’être  bafouée avec l’aide de ses fils et filles,  je crains pour le futur. L’Afrique, car il s’agit bien d’elle est sur le point d’écrire une histoire de violence (s’il n’en a toujours été ainsi). Des foyers d’insurrection s’éveillent un peu partout (Boko Haram au Cameroun et au Nigeria, Mali, Centrafrique, RDC), des fléaux irrémédiables n’en finissent pas d’atteindre la population (Ebola, H.I.V., paludisme), les politiques n’en finissent pas d’être ridicules et corrompus (Opération Epervier au 237) et les “puissances” internationales n’en finissent pas de faire jouer leur influence ou de considérer notre continent comme leur cour de récréation (Mali et Centrafrique de Madame France). Mais s’il ne s’agissait que de l’Afrique, les tensions en Asie, en Europe et au Moyen-Orient font de la terre un volcan au bord de l’explosion.

La lecture du “Manuel d’histoire critique” m’a rappelé combien l’être humain pouvait se révéler vil, abject, égoïste et orgueilleux. Ce manuel hautement critique m’a rappelé que la folie de l’homme avait d’ores et déjà eu des conséquences irrémédiables et inoubliables (six millions de morts avec à la clef un génocide inique lors de la Deuxième Guerre mondiale). Les deux guerres mondiales ont commencé sur des fonds de malentendus diplomatiques. Qu’en sera-t-il d’une troisième guerre mondiale (je n’ai pas peur des mots…) ? L’être humain aura-t-il l’humilité d’observer son passé avec rigueur et d’éviter une catastrophe?

 Par souci d’optimisme, je souhaite sans aucun doute que l’histoire ne se répète pas, mais le dicton ne dit-il pas “Jamais deux sans trois”?

Chers Lecteurs, à l’aube de cette nouvelle année, je vous invite à ouvrir grand les yeux et à demeurer vigilants. Il suffira d’un rien, il suffira d’un brin d’inattention. Toutefois, je sais pouvoir compter sur la capacité de résilience présente en chaque être humain. Je sais compter sur les souvenirs instillés dans nos ADN par les générations présentes et passées. Je sais que pour une fois, l’histoire sera notre âme, l’amour de la paix notre certitude. Rien n’est donc joué!

Dans l’attente, une belle et heureuse fin d’année 2014, je vous souhaite, du bonheur en profusion ou le courage pour traverser les difficultés ou tout simplement la paix du corps et de l’esprit. Sur ce, fin de l’histoire et à très bientôt…

Avez-vous lu Le Manuel d’Histoire Critique? Si oui, qu’en pensez-vous? Si non, quelle analyse faites-vous de la situation internationale et quelle place donnez-vous à l’histoire? Au plaisir de lire votre avis.

Love, Anna♦

Advertisements

9 thoughts on “Elle A Lu- Le Manuel D’Histoire Critique

What do you think? Let us know...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s