Elle a lu- L’art de la guerre


L’art de la guerre de Sun Tzu. J’en aurai entendu parler longuement depuis ma tendre enfance.

Ce livre a toujours été cité comme un excellent précis de Strasbourg et nombreux sont ceux qui au-delà de l’armée, appliquent ses principes au management en général. Donc, je me sentais honteuse de ne pas avoir lu les 13 principes de la guerre de Sun Tzu et j’ai fini par les lire.

Le résultat est simple : pas convaincue. Ce livre ne m’a pas parlé plus que ça. J’ai vu un livre de stratégie de guerre, et un très bon livre à cet égard. J’ai été frappée de constater que certaines de ses techniques étaient encore utilisées aujourd’hui. L’art de la guerre a donc surement inspiré plus d’un. Cependant, pour moi ça s’arrête là. C’est avant tout un livre de guerre.

Je ne sais même pas si je pourrai écrire une revue de plus de 400 mots sans vous ennuyer sourire. Ça a été un vrai supplice pour moi, honnêtement. Cependant, je me disais deux choses en le lisant:

  1. C’est un classique de la littérature, tu ne peux pas lui faire ça.
  2. Tu as commencé, termines.

Donc j’ai terminé. Cependant, je veux bien recevoir des feedbacks des uns et des autres. Qui a lu ce bouquin et qu’en avez-vous tiré ? Peut-être que je pourrai ainsi aller le relire et faire une revue plus complète.

J’aurais bien voulu vous en dire au-moins ce trois cent mots mais me voici “calé poster” comme on dit chez moi au Cameroun. Dans ce cas, pourquoi écrire, pourriez-vous me dire? Tout simplement parce que ça aussi c’est un challenge. Dire pourquoi, on a pas aimé. D’ailleurs, pourquoi je ne l’ai pas aimé, voilà un axe.

  1. J’aurais apprécié lire le chinois pour le lire dans sa version originale. La traduction française est écrite dans un style très pompeux. On écrit pas pour le tout venant mais vraiment pour ceux qui peuvent comprendre. Les textes sont saccadés, les phrases écrites comme des ordres et la rythmique assez décousue.
  • Le thème en lui-même : la guerre ne devrait être qu’une nécessité et bien qu’il faut avoir une armée (encore que je me demande pourquoi), le monde se porterait encore mieux si personne n’était disposé à faire la guerre tout simplement. Maintenant, étant donné que c’est devenu un sport, autant qu’il soit encadré et à cet égard Sun Tzu fait bien le travail.

  • A cet égard, j’ai apprécié certaines idées clefs:

    • Le militaire est au service du royaume et non pas au service du prince. De ce fait, une guerre menée pour servir les intérêts du prince ne devrait pas être encouragée.
    • Il vaut mieux gagner sans coup férir, privilégier soit des attaques qui limitent les dégâts notamment en vie civile, soit utiliser les services de renseignement et la ruse pour faire tomber l’adversaire sans qu’une bataille ne soit nécessaire.
    • La guerre propre est donc la meilleure des guerres.

    Au-delà de tout, j’ai apprécié le challenge intellectuel que je me suis donnée d’aller à la rencontre d’un type de littérature qui a priori ne me dit rien.

    On gagne toujours quelque chose de la rencontre avec l’inconnu. Qu’en pensez-vous ? Des avis sur le livre? Je vous attends en commentaire.

    Love, Anna ❤️

    Advertisements

    What do you think? Let us know...

    Fill in your details below or click an icon to log in:

    WordPress.com Logo

    You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

    Google photo

    You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

    Twitter picture

    You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

    Facebook photo

    You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

    Connecting to %s