Quand le monde devient comme Blacklist…


Blacklist, c’est une série américaine que j’ai découvert il y a quelques mois. La troisième saison vient de se terminer et j’attends avec impatience la saison 4 qui doit commencer en Septembre.

Blacklist c’est l’histoire de Raymond Reddington, un criminel tout particulièrement recherché par le FBI qui décide de se rendre pour négocier d’une part sa liberté définitive et d’autre part pour proposer ses services afin d’appréhender des criminels d’exception. Il exige de pouvoir travailler uniquement avec l’agent Elizabeth Keen (avec laquelle, il aurait en fait des liens particuliers, qui sont au coeur de l’intrigue), profileuse nouvellement affectée à une unité d’élite secrète au sein du Bureau.

Tout au long des épisodes, ils vont donc d’arrestations en arrestations, de complots inédits sur complots inédits, de cartels démantelés en cartels démantelés. Très rapidement, on découvrira l’existence de La Cabale, une organisation secrète mise en place par des individus sans foi ni loi et qui s’emploie depuis des années à détruire la stabilité mondiale à des fins mercantiles, et qui est prête cette fois-là à réactiver la guerre froide par des attentats d’envergure susceptibles d’être associés par les Etats-Unis, à la Russie.

Depuis les attentats de Nice hier soir, avec la tentative de coup d’état en Turquie tout à l’heure, et avec le développement sans précédent de l’Etat Islamique dans le monde et de sa désormais célèbre filiale en Afrique, Boko Haram, j’ai de plus en plus l’impression que le monde s’inspire de Blacklist.

Blacklist en effet nous fait rencontrer des citoyens sans foi ni lois, qui veulent gouverner le monde en silence et n’hésite devant aucune horreur, aucun procédé maléfique pour y arriver. Que ce soit ce groupe d’écolos extrémistes qui ressuscitent la peste pour nettoyer le monde, ou ce scientifique russe qui crée un virus capable de tuer une seule personne, ou encore ces enlèvements, ce cartel de trafic humain caché sous une fondation de libération des femmes victimes de trafic humain, Blacklist devrait être une source d’inspiration de premier ordre pour les bandits et terroristes de ce monde.

L’état Islamique par exemple a lui décidé de systématiser le viol. Lorsqu’il enlève des femmes, c’est pour les revendre comme femmes. Ils ont même rédigé une sorte de code d’utilisation de l’otage femme avec les prescriptions à leurs membres sur la nécessité de se protéger ou la fréquence (très élevée) des rapports sexuels recommandés avec ces femmes tous les jours. Quant à Boko Haram, les lycéennes de Kibok, vendues, mariées de force, sont désormais l’exemple aux yeux du monde de leur peu de considération pour les femmes. Je ne parlerai pas non plus de ces enfants (fillettes ou garçons) utilisés au Nord Cameroun comme des bombes humaines. Je n’oublierai jamais le récit des survivants de cet attentat qui étaient tout simplement assis sous un arbre à boire du thé entre amis. Cette petite mendiante s’est approchée d’eux, elle n’avait pas plus de six ans, et quelques instants après, tout n’était plus que flammes et bruits. Dans Blacklist, il est un épisode où un jeune de dix ans est stoppé au volant d’un camion, quelques minutes avant de se faire exploser à l’intérieur (ça vous rappelle quelque chose #Nice).

Le monde devient fou. Le monde devient le terreau des pires ignominies mais le pire n’est pas là. Le pire me ramène une fois de plus à Blacklist. En effet, de cette série, j’ai retenu que beaucoup de choses sont souvent dites par les extrémistes, les politiciens, les groupes terroristes sur leurs ambitions: sauver le peuple, changer le monde, faire triompher Mahomet, etc… mais en réalité, il s’agit presque toujours et surtout d’argent, de pouvoir, d’égo (orgueil démesuré) ou de vengeance personnelle (parfois associée à des troubles schizophrènes). En somme, on nous parle de réligion, de changement,  de convictions là où il n’y a en fait rien qui en vaille la peine.

Au final, ce n’est même pas l’horreur des moyens mis en oeuvre pour faire le mal, c’est bien cette conscience que tout cela est fait par des personnes qui ne sont ni plus ni moins que des bandits, des manipulateurs égocentriques, et qu’ils arrivent cependant à monter des communautés entières les unes contre les autres. L’Islam est de plus en plus connotée négativement, la guerre contre les états arabes (qui permet tout de même à certaines industries de faire leur petit beurre) devient systématique et soutenue par les opinions publiques effrayées, les migrants, l’étranger, la différence devient partout l’ennemie à abattre (va comprendre ainsi cette soudaine recrudescence ou au minimum visibilité sur des offenses faites aux Noirs aux Etats-Unis)

Quand j’observe le monde en ce moment, je commence à me demander si les théories des complots sont au final si saugrenues que cela. Quand j’observe le monde, j’ai envie d’aller revoir #Blacklist et de comparer. Quand j’observe le monde en ce moment, je tremble car si ne serait-ce qu’1% de ce qui se passe dans cette série est réel ou réalisable, nous sommes sur une très mauvaise pente. Quand j’observe le monde, je vois égo, envie de pouvoir, méchanceté à tout va et surtout je vois trop d’innocents entraînés vers la haine.

Gardons les yeux ouverts. La douleur ne doit en aucun cas ouvrir la porte à la manipulation.

Love, Anna♦

Advertisements

What do you think? Let us know...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s