tristesse d'être positive

De la tristesse d’être positive


Tristesse emplit mon cœur très souvent ces jours-ci. Tristesse de voir le monde aller à vau-l’eau. Tristesse de ne pas comprendre la montée de la haine. Tristesse de ne toujours pas comprendre la justification du racisme.

Tristesse pour la chrétienne que je suis, de voir le nom saint du Seigneur associé à des causes ingrates et viles. Tristesse cependant de ne pas vouloir abandonner. Tristesse de garder l’œil pétillant. Tristesse de continuer à croire en la race humaine. Tristesse de penser que chacun de nous peut changer les choses. En somme, tristesse d’être positive.

Oui, je demeure positive, oui je demeure afro-optimiste (envers et contre tout), oui je demeure autant que faire se peut, amoureuse de toutes les races du monde. Oui je demeure déterminée à découvrir le monde entier. Oui je reste positive sur la capacité de l’être humain à se récréer, à faire face à l’adversité. Mais ça paraît si triste d’être positif de nos jours.

Il y a une dizaine de jours, le Népal perdait des milliers d’ innocents dans un séisme d’une magnitude rare. Depuis quelques mois, sans une semaine ne passe sans qu’on apprenne un cas de meurtre au faciès aux Etats-Unis. Mourir parce qu’on serait noir et de ce fait toujours armé et sans aucun doute membre d’un gang. Tristesse de ces 150 morts au Kenya, morts pour leur foi, morts d’avoir été à un moment donné été du mauvais côté de la barrière (chrétiens en l’occurrence) morts si jeunes. Tristesse de cette petite fille de huit ans en France qui a perdu la vie, car un individu désaxé a estimé qu’elle ne devait plus vivre. Mais où va donc le monde ?

Je ne saurais le dire. Je ne peux qu’exprimer mon indignation chaque fois que cela est nécessaire. Je ne peux qu’avoir mal parfois, voire même souvent. Je ne peux que me demander si je ne devrais pas prendre un avion pour ces pays, pour dire en face mon soutien aux populations, aux familles endeuillées. Mais au fond, cela leur servirait vraiment-il? Ne s’agirait-il pas d’une expression de mon besoin de bonne conscience? Cette tristesse décidément d’être positive? Je ne saurais le dire.

Tout ceci étant dit, je continue à voir de la lumière et je veux garder mon esprit positif. Je vous écris, je partage mes idées et vous êtes nombreux à me lire. C’est une voix de plus. Je reçois chaque jour dans ma boîte e-mail des demandes de participation à des pétitions de tout genre visant à améliorer la vie sur notre belle terre. Je fais partie d’un club service qui agit à travers le monde et dans mon pays le Cameroun, dont l’objectif vise à réduire les malheurs des plus démunis. Au-delà des pétitions, j’observe la progression des initiatives solidaires, toujours en vue d’aider ceux qui en ont besoin. Dernièrement c’était #smile4Peace pour les populations en difficulté du nord Cameroun.

Oui, j’ai parfois cette tristesse d’être positive mais je ne saurais faire autrement. Vivre sur la terre que nous vivons, exige des sacrifices, et de plus en plus, le courage de croire, que malgré tout les choses iront mieux. Alors, oui je veux être positive, malgré les douleurs, les malheurs autour et en nous. Oui je suis triste d’être positive mais surtout fière. C’est un combat de tous les jours auquel je vous invite de ce pas. Soyons positifs!

Alors triste ou positif? Que vous inspire l’actualité dans le monde? N’hésitez pas à donner votre avis en commentaires. Il est le bienvenu.

Anna♦

Advertisements

4 thoughts on “De la tristesse d’être positive

What do you think? Let us know...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s