Comment je suis devenue une citoyenne engagée


Me voici aujourd’hui, membre d’une équipe de campagne pour un candidat à la présidentielle. Voilà c’est dit. Ça fait près de quatre mois aujourd’hui et à quelques heures du lancement officiel de la campagne présidentielle au Cameroun, je veux vous raconter ma rencontre avec l’engagement.

1. Entre ce qu’on croit être et ce qu’on est

L’éducation politique reçue au sein de ma famille nucléaire et élargie ainsi que ma passion pour l’histoire m’ont toujours donné la sensation vague depuis petite, d’être une citoyenne engagée. J’ai ainsi grandi avec cette passion pour l’histoire du monde, et en particulier nos histoires politiques.

Je me suis ainsi intéressée brièvement à notre vécu avant et après indépendance, et je pensais avoir compris les vrais enjeux de 1992. Pourtant, je ne m’étais jamais rapprochée d’un parti politique.

J’observais la politique chez nous, et de mon enfance à l’âge adulte, je n’avais gardé que ces termes: mesquinerie, intérêt personnel, ngombo et autres associations négatives. Je m’étais ainsi construit un modèle de vie: pas de politique ça n’en vaut pas la peine. Je serai active économiquement et dans le social. Point.

Les élections, je les observais, les décortiquais chez les autres. Chez nous, je ne m’y intéressais que vaguement, avec le Credo ” tous des bandits ces politiciens”.

Quid de l’engagement ?

2. Être ou ne pas être

Dans mon cheminement vers l’engagement citoyen, j’ai rencontré en 2016, un bout de femme qui est devenue pour moi symbole même du sens “engagement”. Ce fut une rencontre virtuelle qui nous a profondément marquées et transformées toutes les deux.

Anne-Marie Befoune puisqu’il s’agit d’elle m’a confrontée sans le vouloir avec moi-même. Son engagement citoyen se matérialisait au travers de la plateforme Elle Citoyenne qui n’en était qu’à ses touts débuts mais surtout, via ses prises de position.

En anglais, on dirait qu’elle est “vocale”. C’est une porte-voix d’elle-même mais aussi et surtout de causes nombreuses et diverses. Elle m’a permis de comprendre que le premier pas vers l’engagement c’est l’information. Un citoyen qui ne sait rien de ce qui se passe ne va nulle part. Dans son sillage, j’ai appris à regarder plus loin que le bout de mon nez. J’ai appris à analyser les informations, les confronter à mon quotidien, à celui des autres Camerounais et à être plus à l’écoute.

Ce travail a été loin d’être gai car j’ai commencé à réaliser toutes les peines qui minent notre pays, et j’avais notamment commencé à les exprimer sur cette plateforme.

Puis Eseka est arrivé. Le 21 Octobre 2016 restera à jamais marqué dans ma chair. Il en va de même pour le 28 Octobre où je suis entrée dans une ville devenue fantôme. Les âmes errantes étaient encore si présentes à Eseka, et le souvenir du sang versé me rendait malade!

Ce jour là j’ai su que je devais être, je devais agir, sans bien savoir comment.

3. De la vie et de ses opportunités/rencontres

Anne-Marie me proposait quelques mois après de rentrer dans l’équipe d’Elle Citoyennne. J’ai ainsi appris à regarder les choses différemment. J’ai commencé à inciter les uns et les autres à se préparer pour 2018. J’ai senti que cette année là devrait être différente pour nous tous.

En 2017, les contestations violentes de la crise dans les régions du NO et du SO, avec le souvenir de ces enfants roulés dans la boue, ont sonné comme un autre Eseka. Enough was enough.

Fast forward. Avril 2018. Je suis contactée par un oncle qui m’a recommandée et me demande d’appeler mon futur patron. Le premier contact est chaleureux et ouvert. La première discussion me marquera je le pense pour très longtemps. J’en retiens des mots clefs

Tout est politique. On ne peut pas être citoyen et dire qu’on ne veut pas faire de politique.”

L’homme sait parler, convaincre mais surtout sait de quoi il parle. Je vois l’opportunité enfin de faire quelque chose de véritablement utile, d’apprendre aussi auprès de lui, et surtout d’AGIR.

Le 30 Avril 2018, je rentre dans une équipe de campagne au pôle digital, pour travailler sous le responsable Stratégie et Communication, un autre talent rare parmi ceux dont regorge ce pays. Auprès de lui, j’apprends chaque jour.

4. De l’engagement réel pour le changement

Rentrer dans l’équipe de campagne de Mr Joshua OSIH vu qu’il s’agit de lui a ouvert mes yeux sur notre pays et son état réel. En premier lieu, j’ai découvert la violence de la crise anglophone et l’incapacité du régime actuel à faire quoique ce soit pour apporter une solution. J’ai regardé des vidéos outrageantes et véridiques, j’ai discuté physiquement ou virtuellement avec des témoins.

En second lieu, j’ai découvert d’autres facettes de notre histoire politique mais surtout de notre vie politique. Beaucoup de citoyens, eux sont véritablement engagés. Sensibilisation, recrutement de volontaires, l’opposition camerounaise (même au-delà du parti de Mr. Osih) n’est pas dans son ensemble corrompue, inactive.

Le système a volontairement construit des schémas visant à décourager le citoyen Camerounais de militer pour un avenir meilleur. Même au sein du parti au pouvoir, les militants de terrain et engagés existent et se sentent de plus en plus entravés. Certains ont rejoint ce parti avec passion et se sentent aujourd’hui floués.

5. En conclusion

La leçon apprise de tout cela et le changement opéré en moi est simple : un citoyen ne peut pas se débiner. Un citoyen pour que la société marche et change doit se mobiliser pour faire bouger les choses. La dictature ambiante ne devrait pas être le prétexte pour abandonner. Je suis rentrée sur ce projet de campagne en saisissant une opportunité mais j’y suis encore aujourd’hui par conviction et volonté absolue de changer les choses.

Je salue tous les jeunes Camerounais qui comme moi, ont choisi cette année de s’engager derrière un candidat en lice contre le président sortant. Il est temps que nous reprenions le contrôle de notre pays et cela commence par l’acte de vote.

Je suis heureuse de voir l’entrain et la passion que cette élection suscite cette année car elle dénote que nous sommes plus nombreux à avoir fait le choix de l’action Citoyenne. Lire les programmes des candidats, regarder leurs passages télévisés, analyser, débattre, leur poser des questions, tout cela c’est de l’engagement.

En ce qui me concerne, je sais qu’il y aura un avant et un après 2018 sur le plan de mon engagement citoyen. En effet, quelque soit le résultat des urnes le 07 Octobre 2018, je n’ai plus aucun doute que ce pays ne peut pas continuer sur la voie actuelle et qu’il appartient à notre génération de changer les choses.

Je pourrais encore dire tant de choses sur la campagne, les leçons tirées pour mon pays, pour moi-même mais le droit de réserve m’exige de les garder pour moi pour le moment.

Si vous deviez cependant retenir une seule chose : je suis devenue une Citoyennne engagée et je suis fière de l’être. C’est une responsabilité pour le futur de continuer à AGIR et je la prendrai à bras le corps.

Ce fut un plaisir comme toujours de vous écrire ces quelques mots. Pour continuer à parler d’engagement citoyen et de mobilisation le 07 Octobre, je vous attends dans les commentaires ou sur mes comptes Facebook et Twitter

Advertisements

One thought on “Comment je suis devenue une citoyenne engagée

What do you think? Let us know...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s